Origines de la Race

Les premiers rapports entre le chien et l'homme, peuvent être estimé à 15.000 ans et ceci, grâce aux découvertes archéologiques (ossements de chiens mêlés aux ossements des hommes).

Le Briard a certainement des origines très anciennes puisqu'on peut le faire remonter au "chien des Tourbières " de l'époque Préhistorique.

On peut aussi rappeler la veille légende du Moyen Age, relatant que le Sire Aubry de Montdidier ayant été assassiné, son chien s'acharna à poursuivre un nommé Macaire. Devant cette constatation, le roi ordonna un duel entre ces deux adversaires. Ce combat se déroula en 1371 en l'île Notre-Dame, et le chien, dont la description était celle d'un Briard, fut vainqueur. Macaire confondu, avoua son crime et fut décapité. On aurait appelé depuis ce chien "Chien d'Aubry".

Pour perpétuer ce fait, on sculpta sur un écu de l'Eglise de Mondidier une tête de Briard dans les armes de la Ville. Les utilisateurs de chiens nombreux dans la région auraient alors transposé l'appellation Chien d'Aubry en Chien de brie.
Plus près de nous en:

1809 apparaît pour la première fois la dénomination chien de berger de Brie, pour désigner le chien de berger français à poil long et ce, dans le Cours d'Agriculture de l'abbé Rozier.

1863: première exposition canine de Paris, parmi divers "bergers" présentés, une chienne de type très briard nommée "Charmante" remporte la palme.

Elle fut photographiée, et cette photo devint le premier document valable.

1888: Pierre Megnin commence à faire la distinction entre berger français à poil ras et à poil long. Et dans "L'Eleveur" il donne une description du chien de Brie. Il porte à l'appui de ce texte un dessin de "Sans Gêne", 1er Prix et Médaille d'or du ministre de L'Agriculture à l'Exposition de Paris de la même année.

1897: Les points de la race sont définis et publiés dans le premier standard établi par le Club Français du Chien de Berger.

1926: Une étude de Yvon Le Loup est publiée sous le pseudonyme de Sédir.

Cette prestigieuse monographie a été rééditée en 1978 et 1983 par le Club "Les Amis du Briard". Les meilleurs chapitres de l'œuvre originale et ses compléments peuvent être considérés comme le "Manuel du parfait Briardier".

1909, 1925,1978,1982, 2008

Modification des Standards et critères de jugement.

Traits psychologiques

L'intelligence, le cœur, la beauté réunis dans une seule créature à quatre pattes : tel est le berger de brie.

Son expression, où se marient la sagesse et la hardiesse, laisse deviner sa tendresse et sa gaieté qui en fait un compagnon particulièrement agréable.

Sa vivacité, sa mobilité en font un gardien efficace, sachant faire preuve de calme, d'autorité, d'initiative. Coureur de fond c'est un véritable plaisir de le voir trotter, courir, virer, galoper à longues foulées souples, lâché à travers la plaine.

Doté d'une excellente mémoire, s'il ne travaille plus guère comme chien de troupeaux, le Briard est aujourd'hui employé comme chien d'aveugle, pisteur, chien d'avalanche ou gardien.

tl_files/images-contenu/Photo17.jpg

On obtient tout de lui par l'affection car ce grand chien est sensible, susceptible et porte à son maître un amour exclusif. Tout dressage par la brutalité le rend craintif et inapte à obéir. Il a horreur de la solitude et de la contrainte, risque de devenir agressif si on le met à l'attache.

L'esprit d'initiative compte obligatoirement parmi ses qualités. Un chien de berger doit pouvoir découvrir une solution rapidement si, pour une raison ou une autre, son patron ne peut intervenir. On le voit alors réfléchir, décider, puis agir.

On ne fera jamais de lui un robot, un animal mécanisé à l'excès qui obéit sans chercher à comprendre. Ce serait casser en lui un de ses ressorts les plus caractéristiques.

Si vous avez des enfants il sera en même temps leur compagnon de jeux, leur frère, leur guide s'ils sont très jeunes, et leur patient gardien. En fait, il a une passion pour les enfants, qui la lui rendent bien, parce que son aspect "nounours" les attire et qu'ils sentent en lui d'emblée un vrai copain.

Intelligent, il n'obéira que si vous pouvez, vous, vous faire comprendre de lui. La brutalité ne servirait à rien. Suivant son caractère, il deviendrait soit buté, idiot et peureux, soit buté, idiot et agressif. Bannir la violence N'EXCLUT PAS LA FERMETE, même avec un chien très sensible comme un briard. Dès son plus jeune âge, il doit vous reconnaître comme "LE" chef de meute.

En résumé affection et même tendresse, besoin de faire plaisir, sensibilité profonde, intelligence et mémoire au-dessus du commun, sont les grands traits psychologiques de votre chien.

Il faut toujours les avoir présents à l'esprit avant d'entreprendre son éducation ou tout simplement, et c'est le plus important, pour bien vivre avec lui et le comprendre comme il le mérite.

Il est à noter qu'en France une disposition intervient pour la sélection des briards: l'épreuve devra s'accompagner d'un examen de caractère. Initiative heureuse car il serait aberrant de porter tous les efforts uniquement sur l'amélioration des qualités physiques d'une race en négligeant le psychisme des animaux. La beauté du caractère vaut bien celle de l'anatomie ou de la fourrure.

En résumé affection et même tendresse, besoin de faire plaisir, sensibilité profonde, intelligence et mémoire au-dessus du commun, sont les grands traits psychologiques de votre chien.

Il faut toujours les avoir présents à l'esprit avant d'entreprendre son éducation ou tout simplement, et c'est le plus important, pour bien vivre avec lui et le comprendre comme il le mérite.

Il est à noter qu'en France une disposition intervient pour la sélection des briards: l'épreuve devra s'accompagner d'un examen de caractère. Initiative heureuse car il serait aberrant de porter tous les efforts uniquement sur l'amélioration des qualités physiques d'une race en négligeant le psychisme des animaux. La beauté du caractère vaut bien celle de l'anatomie ou de la fourrure.